•   

     

    Lors des Journées européennes du Patrimoine de septembre 2013, Historia Metensis présentait un film de 8 minutes parsemé de reconstitutions 3D retraçant les grandes étapes de construction de l’enceinte messine : « Metz. L’évolution de la fortification au Moyen Âge ». Vous avez été nombreux à en apprécier la qualité, et à nous exprimer le souhait de le voir disponible à la vente.

     

    C'est maintenant chose faite ! Le film sur support DVD sera disponible dès novembre. Vous pourrez le découvrir les 15 et 16 novembre 2014 lors du Salon du Livre d’Histoire de Woippy, dans sa nouvelle version sonorisée et agrémentée d’un commentaire audio sous-titré en français, anglais et allemand.

     

    De plus, le DVD contient en bonus les panneaux de l’exposition « Défendre Metz au Moyen Âge » qui avait été présentée aux Archives municipales de Metz à l’automne 2013, mais également un diaporama d’images d’archives sur la fortification médiévale messine, ainsi qu'un accès au livret pédagogique destiné aux enfants de 9 à 12 ans.

     


    Rendez-vous donc le week-end des 15-16 novembre 2014 !

    Prix de vente : 10€


    5 commentaires
  • Dans le cadre de ses recherches sur l’enceinte médiévale de Metz, les membres de l’association Historia Metensis ont eu l’opportunité de visiter ce samedi, 4 octobre, les vestiges de l’ancienne tour d’Enfer (ou tour des Wassieux) grâce à l’autorisation spéciale du commandement militaire de la place de Metz.

     

    Visite de la tour d’Enfer

    Les vestiges de la tour d'Enfer mis au jour au début du XXe s. (Musée de la Cour d'Or - Metz Métropole)

    Localisée sous les jardins du palais du Gouverneur, la tour d’Enfer a été élevée en 1515 sur les ordres de Nicolas de Heu, alors Gouverneur des murs et chargé de ce fait de l’entretien de cette portion de l’enceinte. Il s’agit d’une énorme tour d’artillerie de 23 mètres de diamètre flanquée dans l’angle sud-ouest de la ville.

    Visite de la tour d’Enfer

    Relevé du front sud de l'enceinte médiévale réalisé par les chercheurs allemands (début XXe s.)

    Fortement endommagée lors du siège de la ville par Charles Quint en 1552, elle est arasée et enfouie sous le bastion d’Enfer avec la construction de la citadelle en 1560-1561. Au début du XXe siècle, à l’occasion du démantèlement de celle-ci, les vestiges de la tour d’Enfer sont mis au jour et relevés par les chercheurs allemands. Ils sont finalement préservés et intégrés au projet de construction du palais du Gouverneur.

    Visite de la tour d’Enfer 

    Visite de la tour d'Enfer par les membres d'Historia Metensis (2014)

     

     


    votre commentaire
  • A l'occasion de la réouverture de la porte des Allemands, la Ville de Metz a édité un fascicule labellisé "Ville d'Art et d'Histoire" intitulé "Laissez-vous conter l'enceinte médiévale".  Il a été élaboré par plusieurs membres de l'association Historia Metensis et est gratuitement disponible à la porte des Allemands. 

     


    4 commentaires
  • Le IIe siècle avant Jésus-Christ a vu le monde celte, qui s’étendait de la péninsule ibérique à l’actuelle Turquie, se transformer. L’apparition des oppida en est le symbole le plus remarquable. Fruit d’un pouvoir politique fort, ces « villes » servaient à structurer le territoire et à renforcer la cohésion entre les membres d’une même tribu, le tout à travers des aménagements défensifs, en bois et pierre, massifs et prestigieux.

    L’oppidum celtique de Metz  (IIe-Ier siècles av. J.-C.)

    Metz au sein de la cité des Médiomatriques (Ier siècle av. J.-C.) (DAO : J. Trapp, d’après S. Fichtl)

     Situé à la confluence de la Seille et d’un bras de la Moselle, sur les hauteurs de la colline Sainte-Croix, l’oppidum de Metz a été créé en 110 avant Jésus-Christ. Il appartenait au peuple gaulois des Médiomatriques, qui gérait un territoire allant de la forêt d’Argonne jusqu’au delà du Rhin. De petite taille (environ 12 hectares), son rôle était certainement de contrôler la vallée de la Moselle sur le territoire médiomatrique. Son emplacement au croisement de deux voies de communication importantes (la Moselle du nord au sud et un grand axe routier d’est en ouest) ainsi que sur la route du sel, via la Seille, en faisait aussi un lieu de passage et probablement d’échanges.

    L’oppidum celtique de Metz  (IIe-Ier siècles av. J.-C.)

    L’oppidum de Metz peu avant la guerre des Gaules (milieu Ier siècle av. J.-C.) (DAO : J. Trapp, d’après S. Fichtl) 

    À la suite de la conquête des Gaules par Jules César, l’oppidum de Metz ne disparaît pas. L’occupation perdure, mais sous une forme différente. Ainsi, la ville perd au cours des décennies suivantes ses caractéristiques celtiques au profit de la nouvelle influence romaine.

     L’oppidum celtique de Metz  (IIe-Ier siècles av. J.-C.)

    Évocation du mur à poutrage interne qui protégeait l’oppidum de Metz (© N. Gasseau) (extrait de l’Atlas historique de Metz)

    Anthony Dumontet


    1 commentaire
  •  

    Découvrez dans le dernier numéro des Cahiers Lorrains la deuxième partie de notre article sur l'étude archéologique et historique de l'enceinte médiévale de Metz, menée par notre association depuis 2011. Cet article s'intéresse plus particulièrement au tronçon relevé en 2012 et comprenant les trois tours de la cité ainsi que l’ancienne poterne en Chaudelellerue, aujourd’hui murée (à voir ici)

     

    Défendre Metz au Moyen Âge (XIIIe - XVIe siècles)

    Etude archéologique et historique de l'enceinte médiévale (deuxième partie)

     

    Pour se procurer ce numéro:

    http://shalmetz.canalblog.com/archives/2014/01/26/29043734.html
     

     


    votre commentaire