•  Le 17 février 2012, l’association Historia Metensis a poursuivi le relevé topographique d’un nouveau tronçon de l’enceinte médiévale de Metz. Ce dernier, compris entre l’ancienne poterne en Chandellerue et le pont Sainte-Barbe, comportait également trois tours et un mur de fausse-braie.

    TRonçon relevé en 2012

    Tronçon relevé en 2012 

    Comme en 2011, l’objectif de ce relevé était double : établir un relevé précis des restes des fortifications médiévales et les confronter aux sources en archives. En effet, aucune étude exhaustive n’a été faite sur ce sujet, alors qu’entre la fin du XVIe siècle et le début du XXe siècle, 80 % de l’ouvrage défensif ont été détruits. Sur les 5500 mètres originels, il ne reste aujourd’hui qu’un peu plus de 1000 m de mur, garnis d’une dizaine de tours, de deux poternes et d’une porte d’entrée, que constitue la porte des Allemands. L’édification de l’enceinte est achevée à la fin du premier quart du XIIIe siècle et elle protège un territoire d’environ 160 hectares.

    Relevé du mur en ChandellerueRelevé du mur en Chandellerue 

    Le tronçon étudié en 2012 comporte des éléments datés essentiellement du premier quart du XIIIesiècle (mur de courtine, poterne en Chandellerue, tours de la Cité), ainsi que de la fin du XVe siècle (mur de fausse-braie). Ce relevé topographique a permis de combler quelques lacunes quant à la connaissance sur cette partie du front de Seille. Bien qu’abondantes qu’à partir du début du XIVe siècle, les sources d’archives et les chroniques nous ont fourni des informations permettant la compréhension de la fortification messine. 

    Vue du chemin de ronde

    Vue du chemin de ronde 

    La partie relevée se compose d’un mur de courtine reliant l’ancienne poterne en Chandellerue à l’ancienne porte Sainte-Barbe, détruite en 1904. Construit dans le premier quart du XIIIe siècle, le mur, large de 3 m en moyenne, est long de 165 m. Tronqué à son extrémité nord, il présente un angle de 10° aux deux-tiers de sa longueur. Construit avec du calcaire bleu, certaines zones de ce mur ont été réparées à l’aide de calcaire de Jaumont. À la fin du XIVe siècle, le tronçon venant englober la Grève s’y raccorde au sud de la poterne en Chandellerue. Au cours de la première Annexion, le mur de courtine a été remblayé sur environ 5 m, laissant un peu plus de 6 m de l’édifice encore visibles. Sa partie supérieure, aujourd’hui tronquée, possédait un crénelage démantelé en 1676. Une tourelle d’escalier construite à l’angle du pont des Grilles de la Basse-Seille et du mur de courtine permettait d’accéder au niveau inférieur du pont à partir du chemin de ronde.

    La poterne en Chandellerue (XIIIe s.)

    La poterne en Chandellerue (XIIIe siècle) 

    Afin de pénétrer dans la ville, la poterne en Chandellerue a été percée dans le mur dès le début du XIIIe siècle. Encadrée par deux tours semi-circulaires, son passage voûté est probablement bouché au milieu du XVIe siècle, lorsque les terrains situés à l’ouest du mur échouent aux autorités militaires afin d’y construire le Retranchement de Guise.

    À 30 m au nord de la poterne, le mur était défendu par trois tours dites « de la Cité », en raison de leur entretien qui était à la charge de la ville. Construites également dans le premier quart du XIIIe siècle, elles sont espacées les unes des autres d’une trentaine de mètres. L’une d’elle est de forme semi-circulaire, tandis que les deux autres présentent une forme en éperon. Dans le but de les défendre, archères et canonnières y ont été percées. Une seule archère, mise en place au moment de la construction de la tour, a été observée. Aujourd’hui murée, elle semble remplacée par une série de canonnières entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle.

    Une des tours de la cité percée d'une archère et d'une c

    Une des tours de la cité percée d'une archère et d'une canonnière 

    Cette adaptation à l’évolution de l’artillerie s’observe aussi par la construction d’un mur de fausse-braie, percé de meurtrières, au cours de la seconde moitié du XVe siècle.

    Un compte-rendu plus exhaustif est prévu d’ici le début de l’année 2014 et sera publié dans la revue les Cahiers Lorrains.

    L’association poursuivra le relevé de l’enceinte médiévale de Metz en mars 2013 en étudiant le secteur de la fausse-braie située au nord de la porte des Allemands, comprenant, entre autres, la caponnière Desch.

     


    votre commentaire
  • A l'occasion des Journées européennes du Patrimoine, et en partenariat avec la ville de Metz qui nous a confié les clés de la Porte des Allemands juste avant sa restauration, nous avons présenté notre étude des fortifications médiévales de la cité de Metz à l'époque médiévale au travers de 3 grands axes. 

    Une exposition sur le thème des murailles de Metz, composée de 6 panneaux installés dans l'une des salles basses de la Porte des Allemands présentant notre démarche et les différents systèmes défensifs du front de Seille et quelques élements architecturaux spécifiques (Pont des Grilles, Poterne, etc).

    Journées Européennes du Patrimoine 2012

    Journées Européennes du Patrimoine 2012

     

    Une vidéo mettant en parallèle des images d'archives et restitutions en images de synthèse réalisée par notre infographiste Nicolas Gasseau et montrant les différentes étapes de la construction de ces murailles. 

    Journées Européennes du Patrimoine 2012

    Journées Européennes du Patrimoine 2012

     

    De nombreuses visites guidées du front de Seille, le samedi et le dimanche, accueillant chacune plus d'une centaine de visiteurs et permettant de comprendre in situ l'évolution des fortifications. Le dimanche, une visite dédiée au jeune public a spécialement été mise en place.

    Journées Européennes du Patrimoine 2012

    Journées Européennes du Patrimoine 2012

     Le succès a été au rendez-vous puisque nous avons eu 2600 visiteurs sur la totalité du weekend. Il s'agissait également de la dernière ouverture de la Porte des Allemands avant sa restauration. 

    Journées Européennes du Patrimoine 2012

     


    votre commentaire
  •  Un grand merci aux 2600 visiteurs de notre exposition ce week end à la Porte des Allemands pour les Journées européennes du patrimoine. 

    Voici un lien pour visualiser le dépliant réalisé par notre association pour ces journées (cliquez sur l'image). Il peut également être téléchargeable via cette même interface de visualisation. Nous publierons sous peu compte-rendu et photographies.

    Depliant1

    Depliant2


    votre commentaire
  • P1140349

     

    En vue des travaux de restauration de la porte des Allemands, prévus à partir de la fin de l’année 2012, l’association Historia Metensis a reçu l’autorisation du Service Régional de l’Archéologie de Lorraine et de la Ville de Metz d’étudier une partie de l’édifice. Les 23 et 24 août derniers, une équipe de bénévoles a ainsi relevé les murs des deux salles hautes, ainsi que de la salle basse. Cette étude s’inscrit dans les recherches de l’association sur l’enceinte médiévale de Metz entreprise en 2011. Les résultats liés à l’analyse des salles de la porte des Allemands seront disponibles à la fin de l’année 2013.

     

      P1140309  P1140318

      IMGP1039  

     

    Un grand merci aux volontaires qui ont participé à ce relevé : Aurore Duchêne-Gasseau, Anne Wilmouth, Nicolas Gasseau, Pierre-Marie Mercier, Maxime Henault, Pierre Kremer et Sébastien Wagner.

    2012-08-24 - Républicain Lorrain (Metz-vallee de l'orne)

    Le Républicain Lorrain, 24 août 2012 (cliquez sur l'article pour l'agrandir).


    votre commentaire
  •  IMGP0368


    Le 17 février dernier, l’association a procédé à la deuxième partie de son relevé de l’enceinte médiévale de Metz entamée l’année dernière. Un nouveau tronçon, allant de l’ancienne poterne en Chandellerue à l’ancienne porte Sainte-Barbe, aujourd’hui détruite, a pu ainsi être étudié.


     

    Copie de P1120512


    Durant les mois qui suivent, les membres de l’association s’attèleront à l’analyse des données recueillies sur le terrain, qui seront alors confrontées aux sources retrouvées en archives. Nous ne manquerons pas de faire connaître les résultats de ses recherches à la fin de l’année.


    429922

    Un grand merci à tous les membres de l’association participant à ce projet, plus particulièrement à Anthony Dumontet, Anne Wilmouth, Aurore Duchêne, Nicolas Gasseau, Pierre-Marie Mercier, Pierre Kremer et Maxime Henault qui ont bravé le froid et la pluie durant cette journée.


    P1480300

    Nous tenons également à remercier la Mairie de Metz de nous avoir mis à disposition une nacelle afin de pouvoir effectuer un certain nombre de clichés aériens, ainsi que le pôle d’archéologie préventive de Metz-Métropole pour nous avoir prêté un théodolite sans lequel ce relevé n’aurait pu se faire.


    IMGP0526

     

    Pour davantage d'informations: 

    releve2011

     

    RL     la semaine

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique